• Ecuries royales du chateau de Rivau

    La suite de la visite du château de Riveau :

    Le propriétaire du château François de Beauvau, en tant que grand Ecuyer du roi, s'occupaient des écuries royales appartenant à François 1er

     

    Extérieurs et dépendances du Rivau

     

    Disposées en L, elles abritaient au rez-de-chaussée une trentaine de chevaux, vraisemblablement les juments d’un côté et les étalons de l’autre.

    Extérieurs et dépendances du Rivau

     

    Extérieurs et dépendances du Rivau

    Au fond une vision impressionnante, grandeur nature, un chevalier sur son destrier, je suppose qu'il représente François de Bauveau écuyer du roi car on reconnaît le blason de la famille.

     

    Extérieurs et dépendances du Rivau

     
    Le Blason de la famille Beauvau

     

    Extérieurs et dépendances du Rivau

     

     Connaissant sa réputation pour ses destriers, Jeanne d'Arc s'arrêtera au Rivau et viendra chercher des chevaux de combat en 1429 avant de rejoindre le siège d'Orléans.

    Extérieurs et dépendances du Rivau

    ***************************************************************** 

    Petit topo sur les chevaux de l'époque (pour ceux que ça intéresse)

    Les destriers ou chevaux de bataille des chevaliers n'avaient pas l'allure actuelle de leurs descendants. On a longtemps pensé que les destriers étaient des chevaux de trait, géants et capables de supporter un homme en armure. Mais des études on montré que les hommes du moyen âge ne mesuraient pas plus d'1m50 au maximum et qu'une armure pesait aux alentours de 30kg ce qui n'est pas excessif pour un cheval, de plus un chevalier tombé à terre devait remonter rapidement à cheval pour sauver sa vie donc il fallait un cheval d'une taille raisonnable : 1m45 à 1m50

    En outre, nos placides chevaux de trait sont bien trop gentils et dociles on dit alors qu'ils sont à sang froid, il fallait donc des chevaux à sang chaud capable de charger l'ennemi sans peur, de mordre et de donner des coups de pied, totalement l'inverse de nos paisibles percherons ou boulonnais.

    En résumé un destrier était :

    - un cheval trapu et assez petit (à l'époque les chevaux comme les hommes étaient d'une taille assez modérée) 

    - un cheval robuste et rustique aux pieds larges

    - un cheval courageux et nerveux.

    D'après Tsaag Valren, spécialiste des aspects sociologiques et légendaires du cheval, le cheval actuel qui se rapprocherait le plus du destrier médiéval serait le cheval de race espagnol, tant par son caractère que par ses aptitudes  physiques :

    Ecuries royales du chateau de Rivau

     *********************************************************************

    « Chateau du Rivau encore un peu du Rivau »

  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Novembre à 10:41

    Merci pour cette petite page d'histoire

    Je te souhaite un bon lundi

    Gros bisous

    2
    Lundi 11 Novembre à 11:31

    C'est certain, ce n'était pas comme dans les films, impossible de combattre avec le poids des armures et des épais.

    Article très intéressant.

    Très jolie la représentation du chevalier et sur sa monture, un bel effet de mouvement.

    Bon dimanche.

    3
    Lundi 11 Novembre à 17:54

    Bonsoir Martine,

    Ton article est fort intéressant. J'aime cette époque et j'adore les chevaux.

    Passe une bonne soirée, bises, Véronique

    4
    Lundi 11 Novembre à 20:14

    Bonjour ma belle Martine

    Merci pour ce bel article très intéressant et j'adore les chevaux

    Je viens te souhaiter une bonne soirée et une bonne semaine.

    En espérant que tu as passé un bon weekend prolongé.

    A bientôt gros bisous Jasmine.♥

    Résultat de recherche d'images pour "photo bonne semaine animé automne"

    5
    Mardi 12 Novembre à 08:05

    Bonjour Laska.

    C'est avec un ciel tout bleu et une belle journée qui s'annonce, peut être un peu fraîche, que je te souhaite une bonne semaine et un bon mardi.

    Bisou.

     Maria.

     

    6
    Mardi 12 Novembre à 13:31

    Bonjour Martine merci du partage de ce magnifique reportage très intéressant et avec des très belles photos et qui nous apprend bien des choses bonne journée bisou Claudine Daniel

    7
    Mercredi 13 Novembre à 10:59

    bonjour laska

    tu vas bien je te vois plus ?

    Il était impossible de se battre avec un tel matériel ?

    pluie et pot au feu se midi

    bizouille du matin pluie

    8
    Jeudi 14 Novembre à 22:05

    bonsoir laska

    ma fille a fait du cheval

    pour la réconcilié avec la vie  elle a passé 4 galops

    c'est très bien pour les jeunes

    bizouille de la nuit pleine lune magnifique

    9
    Samedi 16 Novembre à 20:24

    bonsoir laska

    Génial pour le pot au feu j 'achète le paleron et la joue de boeuf

    Tendre et rapide a cuire , je coupe en morceau

    Pour le mot  ' lavandière ' cela vient de ' laver '

    Pour l histoire

    en Normandie comme en Bretagne il y avait des fées

    d'après la superstition populaire, elles battaient le linge avec une main de fer

    dont elles assommaient  le curieux indiscret.

    j'aime cette légende

    Mon père a acheté une machine a lavé en 60 et il l 'a payé le prix de son salaire 300 F

    pour une journée de 176 H

    bizouille du soir je suis en retard  ( rire)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :